Les jeux vidéo : un outil pour l’enseignement

il y a 2 années

Saviez-vous qu’il était possible d’apprendre les maths, les sciences et l’histoire grâce aux jeux vidéo ? Nous vous expliquons comment ils peuvent être appliqués à l’enseignement.

« Tout corps possédant une masse exerce une attraction sur n’importe quel autre corps ayant une masse ». Il s’agit de la loi universelle de la gravité d’Isaac Newton et, curieusement, elle s’apprend et s’applique dans chaque partie d’Angry Birds. Les jeux vidéo sont en effet non seulement des outils ludiques qui nous aident à déconnecter après une journée difficile à l’école ou au travail, mais aussi des outils didactiques.

Un enseignant vénézuélien, José Carmona, s’est rendu compte du potentiel des jeux vidéo dans l’enseignement des mathématiques, de la physique et d’autres matières scolaires et, en 2010, il créa une méthode d’enseignement appelée «Mathématiques interactives ». L’objectif avec cette méthode est d’enseigner les mathématiques aux enfants grâce aux jeux vidéo et aux réseaux sociaux. Tout a commencé avec la Wii, utilisée dans le cours d’éducation physique et sportive, et les jeux ont vite prouvé qu’ils possédaient un élément motivateur qui ne se trouve dans aucune autre méthode didactique.

Ce jeune vénézuélien enseigne les mathématiques et la physique grâce aux jeu vidéo FIFA d’EA Sports car, il existe dans les jeux de football des données physiques comme la vitesse, le temps et la distance. Il s’aide également de ce jeu pour expliquer les statistiques et pourquoi les élèves doivent changer de joueur en fonction de leurs performances, leur précision et leur rapidité. Carmona explique que c’est une façon de faire faire des « déductions et raisonnement logiques » aux élèves et de cette manière, ils développent des capacités pour contrôler le jeu en fonction des pourcentages et des statistiques. D’autres jeux comme Need for Speed lui servent pour enseigner quelques lois de physique, comme par exemple le mouvement rectiligne uniforme pour calculer la distance que parcoure le véhicule.

Un an après la création de cette méthode par l’enseignant vénézuélien, deux universités espagnoles (l’Université d’Alcalá et l’Université Nationale d’éducation à distance) ont signalé dans une étude, en collaboration avec Electronic Arts (EA) que grâce à l’utilisation des jeux vidéo le processus d’apprentissage est plus attractif et aide à augmenter la motivation et l’intégration des élèves.

Des experts de l’Université de Huelva affirment dans un article publié dans la revue Computers&Education que les jeux vidéo ont une utilité pour l’enseignement des Sciences Sociales et qu’ils sont devenus des instruments d’information. Concrètement, ils parlent des bénéfices des jeux comme Age of EmpiresCaesarEmpire Earth ou Sim City pour des disciplines comme l’histoire, la politique, la géographie, l’urbanisme, l’économie ou l’environnement. En définitive, les jeux de stratégie, d’aventure et de simulation font que le joueur se demande comment résoudre un problème.

C’est pourquoi, durant ces dernières années, de nombreux jeux vidéo didactiques ont été créé et sont surnommés serious games, et dont l’objectif est d’éduquer les joueurs. Jean-Baptiste Huynh, ingénieur et professeur de mathématique, a créé le jeu  DragonBox en voyant que malgré tous ses efforts pour capter l’attention de ses étudiants, ces derniers s’ennuyaient en classe. Depuis 2012, son jeu a réussi à motiver des enfants dès l’âge de cinq ans à l’apprentissage des mathématiques. « Les jeux vidéo apportent la valeur dont on a besoin aussi bien en pédagogie que pour fidéliser » explique le créateur de DragonBox.

Dans Twelve a dozen, le joueur devient le numéro 12 et doit sauver la ville de Dozenpolis de la menace du nombre premier définitif à l’aide de sommes, soustractions, calculs mathématiques en tous genres et puzzles. Ce jeu de Bossa Studios, en collaboration avec l’entreprise d’éducation Amplify, transporte des enfants entre onze et quatorze ans dans l’univers imaginaire qui existe dans une calculatrice ; un monde plein de nombres que le joueur doit sauver du danger.

Les fans de World of Warcraft seront contents de savoir qu’un professeur américain de physique appelé Shawn Young a créé en 2013 un jeu de rôle pour l’utiliser comme méthode avec ses étudiants.  Classcraft est le jeu que le jeune prof a inventé avec son frère Devin et son père Lauren pour créer un outil d’aide pour le professeur et de motivation pour les élèves. Il aide les étudiants à travailler en équipe et à se comporter correctement en classe car c’est de cela que dépend l’obtention de points d’expérience (XP) ou la perte de points de vie (HP) et selon leur attitude, ils peuvent avantager ou non leur équipe. Dans chaque équipe, il y a des guerriers, des mages et des guérisseurs et chaque personnage a des pouvoirs spéciaux qui s’utilisent pour aider ses camarades et obtenir de bonnes notes. Classcraft essaye donc de convertir la classe en un jeu de rôle faisant du prof le Game Master pour motiver les élèves afin qu’ils s’impliquent et participent.

Les jeux vidéo satisfont trois besoins essentiels : le désir d’avoir de l’autonomie, l’envie de relever des défis et le besoin de contact. Ces trois facteurs sont nécessaires dans une salle pour que l’élève ait un développement positif et évolue. C’est pourquoi, des experts de l’université Internationale de la Rioja (UNIR) ont présenté une liste de jeux vidéo qui, sans être des serious games, encouragent l’apprentissage. Le fameux Minecraft en fait partie à tel point que la plateforme Minecraft Edu fut créé dans le but de montrer aux professionnels de l’éducation comment intégrer ce jeu dans les salles de classes.

Les avantages de la gamification sont essentiels pour l’éducation et la formation des enfants et des adultes. Dans la liste de l’UNIR, des titres tels qu’  Assassin’s Creed, qui recréé des environnements historiques très détaillés ou Fallout 4, qui stimule la prise de décisions et ses conséquences sur le long terme, apparaissent. Pour Begoña Gros, professeure titulaire de la Faculté de Pédagogie de l’université de Barcelone, les jeux vidéo font partie du « processus de socialisation des enfants » et les adultes ne valorisent pas cet aspect important de la vie des plus jeunes. Selon elle, ils s’éduquent « de manière non-formelle » dans la société de l’information, mais pas « formellement » parce que ni l’école ni les parents ne prennent ce processus en considération.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que les jeux vidéo fassent partie intégrante des salles de classe, mais en attendant, les enfants et les adultes peuvent continuer à se former et à apprendre grâce à des jeux classiques et à des nouveaux. C’est le cas de Math Max, un jeu de maths qui défi la concentration et la capacité de réaction sous pression.

Article écrit par Paula Gil Alonso.

Commentaires

Que pensez-vous de ce jeu ? Êtes-vous un pro ? Exprimez-vous !